Décryptage XVI - Annonciation
Plus de siècles
siecle 21
Moins de siècles
L’Annonciation Crédits images : ©the web gallery of art 

L’Annonciation
EL GRECO (Domenikos Theotokopoulos dit)


1576, Musée Thyssen-Bornemisza - Madrid, Espagne 117 x 98 cm, Huile sur toile

Annonciation par Yves Bergeret

Par l'Ange, Marie, est détournée de la lecture paisible ; son manteau en s'ouvrant dévoile une robe rouge. De son livre part une oblique, non vers Dieu, mais vers la viole. En haut un second livre, béant. Un troisième point fort : le virginal que, distrait, un ange touche. Ces trois objets, négligés, forment un triangle étiré qui désigne le savoir : de la parole narrative-prédictive et de l’harmonie sonore.
Trois nuages font un triangle incliné. Gabriel se dresse sur le premier ; l'ange qui malmène son livre, sur le second ; le luthiste s'assied sur le troisième.
L’inclinaison d’un triangle vers l’autre dit l’Incarnation. Au croisement des triangles qui mêlent Terre et Ciel, vole la Colombe. À la place de Dieu, un orchestre en désordre. L’ange au livre semble arrêter la musique. Le flûtiste tourne la tête, le virginaliste délaisse son instrument, les cordes continuent seules.
Greco montre, non la transcendance, mais le désordre qui dresse l’Ange, avec une robe chiffonnée et des ailes contradictoires, l’une agitée, l’autre en repos, et chavire Marie dans une liberté ambiguë.

Symboles